Serge Gresse. Peintre 1909 – 1964

Né à Sousse en 1909 (Tunisie). Formé à l’école des beaux-arts de Tunis dont le directeur d’alors est Armand Vergeaud élève de Gustave Moreau. Il s’en affranchit rapidement pour adhérer au courant de l’art Moderne en pleine effervescence à cette époque, en même temps que certains de ses condisciples dont on peut citer les peintres H.Saâda, A.Durel, J.Lellouche, Yahia Turki, ainsi que les sculpteurs Chauvineau et Parayre. En 1930, à 21 ans il entreprend une année de beaux-arts à Paris, mais il ne sera pas très assidu, préférant chercher l’inspiration dans la bohème de Montmartre et Montparnasse. Sa famille le fait alors revenir à Tunis où il se lie d’amitié avec le peintre Antonio Corpora. Ensemble, ils peignent des paysages orientalistes de facture fauviste et participent aux expositions du groupe des dix qui deviendra l’école de Tunis initiée par le peintre P.Boucherle (1895-1988).

Les obligations de la vie conjugale puis la guerre mettent sa création entre parenthèses. Pour faire vivre sa famille, il travaille comme graphiste-concepteur à l’office des arts indigènes Dâr Ben Abdallah à Tunis dirigé par l’architecte et ethnologue Jacques Revault. Il expose de temps en temps et connait une notoriété de courte durée en Tunisie. Sa période de création post-cubiste se situe entre l’après-guerre immédiat (1945) et son départ définitif de Tunisie, avec entretemps la proclamation de l’indépendance du Pays en 1956. Qui voit le retour des Européens vers leur pays d’origine, principalement, France et Italie.

En 1958 il quitte Tunis et s’installe en région parisienne où il travaillera encore quelques années comme conservateur au musée de l’homme (arts océaniens) palais Chaillot à Paris. Avec les difficultés d’adaptation de la vie en métropole, il peint de moins en moins. Malade, il décède en octobre 1964 à Noisy-le-Grand, à l’âge de 55 ans.

« Comment mieux connaitre un père parti trop tôt, à travers son travail de création picturale. C’est une tentative à laquelle nous nous risquons. L’objectivité du jugement pouvant peut-être faire défaut, altérée par les émotions de l’affect qui amplifient la difficulté pour une bonne lecture du tableau.

Je n’ai jamais vu mon père à l’ouvrage dans son atelier et n’ai aucun souvenir des procédés de son approche picturale, je sais qu’il dessinait beaucoup et faisait des études à la gouache. Il était très manuel, fabriquait ses châssis, préparait ses toiles et les encadrait. »

Les tableaux présentés dans cette exposition, de facture résolument cubiste couvrent la période de 1945 à 1958. Ses sources d’inspiration : les paysages de Tunisie, les intérieurs, l’architecture et parfois des portraits…

LES DIFFRACTIONS DE LA LUMIÈRE : recherche permanente, obsessionnelle. Superposition de pigments laissant transparaitre les couches précédentes, travail de la matière diluée ou en aplats, cernes noirs, juxtaposition des couleurs subtilement associées, construction rigoureuse du tableau. Quand la peinture aboutit, ce n’est ni par élimination des formes ou des couleurs, ni par effacement, mais plutôt par addition de couches légères qui se succèdent subtilement en contribuant à la genèse finale de l’œuvre.

Huiles sur toiles

Derniers tableaux abstraits peints à Tunis. Période 1945 – 1955

Vue de Tunis

Vue du port (nocturne)

Panorama

Composition abstraite

La terrasse

Paysage urbain

Composition abstraite

Composition abstraite

Composition abstraite

Composition abstraite

Composition abstraite

Intérieur

Composition abstraite

Le buveur




Grandes gouaches abstraites

Gouache abstraite

Gouache abstraite

Gouache abstraite

Gouache abstraite

Composition (découpage)

Collage (gouache) - paysage

Composition abstraite (gouache)

Maquette d’affiche pour l’exposition de Tunis

Début d’abstraction (la danse)

Période figurative

Autoportrait 1937 (gouache)

Paysage du sud-ouest (gouache)

Paysage de Tunisie (Le Cap Bon) (aquarelle)

Rue de Tunis (aquarelle)

Ebauche (rue de Tunis) (aquarelle)

Paysage du sud-ouest (gouache)

Paysage de Tunisie (gouache)

Paysage de Tunisie (aquarelle)

Mosquée Sidi ben arous à Tunis 1933 (HST)Grande mosquée de Tunis (HST)

Tapis Hamâma (gouache)Tapis « Ouled Sidi Abib »

Vue sur le Bou Kornine (HST)Marché de Bizerte (HST)





Dessins préparatoires

Portrait de sa fille Geneviève (1949)

8 ans, à Tunis, dans la maison familiale

Photo de promotion des Beaux Arts de Tunis 1930.
Serge Gresse, 4ème en haut à partir de la gauche.
Monsieur Vergeaud, 3ème assis au premier rang à partir de la gauche.

Dans le sud tunisien avec le peintre Antonio Corpora.

Avec son frère Claude.Passionné de moto